OPERA DE PEKIN / LA LEGENDE DU SERPENT BLANC

Publié le par BIENVENUE sur le blog de ZAKK

Opéra de Pékin / Troupe d'opéra de la ville de Dalian 

PROGRAMME DU CONCERT à PLEYEL

La Légende de Serpent blanc / Opéra de Pékin / Ce concert est surtitré

 

la-legende-de-serpent-blanc-258503.jpgParmi les multiples formes théâtrales existant en Chine, le Jingju ou opéra de Pékin est certainement l’une des plus appréciées par la population. Sa popularité est perceptible autant parmi les petites gens que chez les dirigeants du pays. Réputée pour ses collines verdoyantes, son climat clément et les eaux poissonneuses de son port, Dalian est une grande ville du Nord fort prisée par les hauts dignitaires qui aiment y prendre leur retraite. L’endroit est également célèbre pour sa talentueuse troupe de Jingju, d’une formidable et infaillible justesse. Comptant dans ses rangs deux acteurs-chanteurs épatants, Li Peng et Zhang Dajun, elle interprète ici l’une des plus célèbres légendes de l’opéra de Pékin du XVIIIe siècle.

 


LA LÉGENDE DE SERPENT
BLANC : PRÉSENTATION 800px-WhiteSnake.jpg

L'histoire est celle d'un coup de foudre suivi d'un heureux mariage. Elle pourrait s'arrêter là si la femme ne se révélait être aux yeux de son mari une de ces nombreuses femmes renardes ou femmes serpents supposées dévoreuses d'hommes qui hantent l'imaginaire mâle, en Chine comme ailleurs ; tandis que le mari se révèle aux yeux de son épouse, une immortelle trop attachée à la délicatesse des sentiments pour se résoudre à vivre dans le présent inchangeant de l'éternité, comme un pauvre humain rempli de préjugés.

 

Guerre des sexes donc, lutte d'imaginaires, aussi mise en scène de l'abandon du joyeux paganisme qui perd sa lutte contre les religions instituées, qui ont pris le contrôle des puissances célestes et des multiples dieux de l'invisible. Aujourd'hui opéra parmi les plus représentés, sa version la plus ancienne est connue par un texte de la dynastie des Ming.

 

Publié dans ART et CULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article